La Tour Clovis

Le forum des LS2 2007-2008 d'Henri IV
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LES ANNEES 20

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Solange



Messages : 86
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: LES ANNEES 20   Sam 29 Mar - 18:33

Vous en rêviez? Solange l'a fait! Tout ce que vous avez tjs voulu savoir sur les années 20, par Frédéric Monier dans Histoire de la France Contemporaine. J'espère seulemet qu'il ne s'agit pas d'un de ces auteurs déjà dépassés du temps de Cucu (chose assez peu concevable à vrai dire)


I) Le pays meurtri

1) L’hécatombe

1M4 soldats † sur 8M660 000 mobilisés ; 1M04 pensionnés de guerre ; 14 000 gueules-cassées sur 6M5 anciens combattants
40 000 civils † + grippe espagnole 160 000 †
650 000 veuves ; 760 000 orphelins
= peuple de victimes de guerre
↘ pop : 1911 39M6 1921 39M2 (37M5 sans AlsLor) + classes creuses : 1M4 naissances manquantes  ↘ nb de conscrits dans les années 30 + vieillissement relatif de la pop fr, qui s’inscrit aussi dans la transition démographique précoce de la Fr
Déséquilibre de la répartition par sexe donc pas de reprise démographique durable.
↗ éphémère des mariages et durable des divorces  nuptialité fragile,
faible natalité : 18,2‰ vs 19,9‰ en 1910
↘ mortalité : 1910 = 19,1‰ ; 1918-19 = 17,2‰1929 = 16,4‰ ← recul taux de mortalité infantile et ↗ espérance de vie.

Evolution sociale :
1/3 familles = à enfant unique ← ↘ religion+ volonté de s’en occuper mieux + inquiétude pour l’avenir
Fin de l’âge d’or de la Fr paysanne ← 1/6 de pertes + exode rural accéléré
1931 pop urbaine dépasse pop rurale
Perte des élites : officiers, grandes écoles (Polytechnique : 833† ; Normale : 239†), ½ instit mobilisés (d’où fort pacifisme). Mais avocats : plus stagnation démographique qu’hécatombe.
 Impression de la classe moyenne d’avoir été particulièrement sacrifiée

2) Natalisme et immigration

Alliance nat pour l’accroissement de la pop fr : discours moralisateur et patriotique
Auguste Isaac : catho libéral, député, ministre, crée Conseil sup de la natalité
Loi du 31 juillet 1920 : répression avortements et propagande malthusienne
+encouragements fiscaux

Mais surtout immigration : culmine en 1931 2M8 étrangers (6,96% pop fr) sans compter les clandestins → ≈ 3M (7%)
1916 accord int avec l’It, comme avec Pologne, Tchécoslovaquie → recours organisé à la main d’œuvre étrangère : structures administratives spé (au sein du ministère du Travail, de l’Agriculture), Conseil nat de la main d’œuvre (1920). Mais peu d’efficacité.
Vague de migrants ← fermeture des US
Arrivée de migrants plus lointains : ↘ Belges ; ↗Polonais. Mais recrutement tjs majoritairement eur, répartition tjs Paris, Nord, Lorraine, litt med + dispersion à l’intérieur du pays suivant les emplois
Ex : Malapolska = petite Pologne dans le Nord. A Ostricourt 2x plus de Pol que de Fr

Reconstruction : 10 départements en zone de combats ; disparition des sols arables à Verdun ; destructions systématiques lors de la retraite allemande (puits de mines inondés) ; Reims symbole du patrimoine culturel atteint par la guerre. Le gros est fait en 1925, achèvement en 1931
Loi du 17 avril 1919 droit à la réparation des dommages pour les particuliers → svt surévaluation
↗ dette publique : 25Md emprunts du Crédit nat créé en 1919
Reconstruction à l’identique au lieu de modernisation : esprit individualiste et passéiste
Sauf dans le cas de la reconstruction industrielle, également plus rapide que celle du domaine public.

3) Le prix d’une victoire

Evaluation des réparations à 34Md franc-or (137 Md francs 1920) + dépenses de guerre = 140 Md franc-or → pays appauvri et endetté :
-dette à l’étranger = 35Md franc-or (UK, US)
-dette publique = 154Md dont 75 seulement à long terme
↘ créances fr à l’étranger → évaporation des emprunts russes not
Juillet 1919 fin de la solidarité int → question du remboursement des dettes de guerre
1918 budget largement déficitaire (vs 1913 excédentaire) → déstabilisation des finances publiques
↗masse fiduciaire ← avances de la BdF pdt la guerre, alors que or et devises étrangères en stock restent stables, entraînent ↘ taux de couverture monétaire : 1913 71,4% ; 1918 21,1%
1914 suppression convertibilité → 1919 le franc aurait dû être dévalué de 80%
 Appauvrissement du pays : ↘ prod richesses
Prod= 1913 100 ; 1919 57 (ind) 84 (agr) / PIB = 1913 100 ; 1921 80,5 ; 1924≥100
 Inflation : ↗ prix et dépréciation
1920 X3 prix de détail ÷ avant-guerre = la Belle Epoque
« vie chère » liée à la guerre pr les Fr. Mais la paix n’apporte pas d’amélioration. Coupables = Etat, mercantis et profiteur de guerre → foudres de la presse. Mauvaise compréhension des pbs, aussi de l’Etat : répression spéculation+ barques Vilgrain (1919). Illusion persistante d’un « retour à la normale » cad stabilité.

4) Deuil

Communion nat et civique : 11 nov et monuments au morts, avec anciens combattants et victimes.
Pr Becker liesse de l’armistice inégalée car fierté en plus.
14 juillet 1919 : défilé de la victoire à l’Arc de Triomphe (pr effacer 1871) avec tous les Alliés. 1000 mutilés défilent → tonalité antimilitariste
11 nov= fête religieuse (proche Toussaint) de la Rep (soldat inconnu 1920 en même temps que panthéonisation de Gambetta. Apothéose de la Rep et victoire entremêlées. Les anciens combattants obtiennent l’officialisation de cette fête : 1920 55% des h≥19 ans sont des survivants de la guerre + victimes (veuves, orphelins, parents).
Dépersonnalisation du conflit dans les monuments aux morts : pas de général victorieux, soldat inconnu. En revanche place importante Patrie/Rep → confusion des deux (Maurice Agulhon) allégories qui montrent la prégnance du modèle rep
// Intégration du catholicisme : revendication du drapeau, martyre du X = allégorie de la piété, utilisé dans les monuments. ↗ religiosité pdt la guerre.


5) Mvt combattant

Patriotisme, attachement à la dem rep, méfiance pour le militarisme (surtout la hiérarchie militaire responsable de la guerre à outrance), pacifisme
Journal des mutilés (1922) : « La Fr rep et pacifique s’est battue pr la justice, pr la liberté, pr le droit. Les h de la guerre se st battus contre l’impS, contre le militS : ils ont fait la guerre à la guerre »
Clientèle potentielle = 7M5 (1/6 pop)
1919-1924 construction monuments aux morts
1927-1930 apogée mvt combattant (Briand) → mvt de masse
Prod litt : Le Feu Barbusse , Les Croix de bois Dorgelès (Goncourt). Roman combattant, néo-réaliste, mais varié→ Le Diable au corps Radinguet
 Tonalité obscure : espoir d’un retour de la Belle Epoque ; esprit de révolte, opposition entre classes d’âge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solange



Messages : 86
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Sam 29 Mar - 18:34

II) Le temps des désillusions (1919-1923)

=premier après-guerre → arrivée au pouvoir des droites : Bloc nat, garde une image (-) car projet de retour à l’ordre, conservateur voire réac… mais que des compromis en fait

1) Paix de compromis

Objectifs de guerre = créer un nouvel ordre int remaniement géant de la carte de l’Eur (AlsLor) + considérations col (Syrie et Liban) + buts éco (tutelle sur la Sarre)
→ dépendance à l’Am : changement équilibre des forces. Wilson veut utiliser la pression éco pour imposer sa vision de la paix. Programme am = discours 14 points devant le Congrès 8 janvier 1918
→ réactions (+)sur droit des peules à disposer d’eux-mêmes +paix de justice par victoire du camp démocratique = Alliés (depuis chute gvt tsariste surtout) ; clef de voûte = SDN ; souci de transparence et de publicité ds les rel diplomatiques.
Pierre Miquel : « double illusion du wilsonisme » = à gauche celle d’une paix sans victoire chez les socialistes/ d’une paix juste et durable = à droite que le contact avec les Fr et leurs souffrances convainque W du bien-fondé des réclamations nat

D’où double déception : W ne se convertit pas à la paix fr (refus de visiter les régions dévastées) + la conf de paix à Paris ne réunit que les vainqueurs et les décisions se prennent en comité restreint : d’abord comité des 10 (2 représentants pour Fr, RU, It, US, Jap = les puissances et pas les plus engagés comme Belgique ou Serbie) puis des 4 (Fr, RU, It ,US mais Orlando peu important face à W, Lloyd George, Clem)
Clem = autorité morale+ blanc-seing parl ; tient compte de : opinion (illusions sur W) ; attachement à l’alliance anglo-saxonne ; buts de guerre fr → mais pas d’accord global : natS vs « paix sans victoire » Clem et son équipe (Tardieu) entre les 2.

2 points sensibles :
-statut de la rive gauche du Rhin : projet Foch= favoriser des Etats rhénans indé dans le cadre du projet sidérurgique vs minorité de la gauche = aucune annexion, ce traité doit surtout permettre réconciliation avec la nouvelle Rep all.
Clem obtient un compromis → Sarre administrée par SDN pdt 15 ans puis autodétermination ; mines reviennent à la Fr ; occupation alliée de la rive gauche du Rhin pdt 15 ans + des trois têtes de pont ; démilitarisation de la rive droite sur 50km ; garantie mil des Anglo-Saxons en cas d’agression
-réparations : moins de dissensions entre pol et mil fr, bcp entre Alliés. Fr= précédent de 1871+ combats sur le territoire nat vs Alliés= souci de ne pas pressuriser l’Al en pleine crise éco. Question irrésolue : commission int → 1921 ; 25Md mark-or en attendant
Facteur de trouble ds les rel int et not franco-all pdt toutes années 20

7 mai 1919 texte communiqué à l’All :jugé scandaleux mais pas le choix.
28 juin 1919 signature ds la Galerie des glaces.
Opinion fr = à gauche : traité trop dur, favorise natS, empêche rapprochement, Fr =gendarme
= à droite : traité trop complaisant à cause de la longueur des négociations
 Lassitude et désillusion :
Longs débats pour la ratification à l’Assemblée. 2 octobre : ralliement écrasante maj pour.
Décalage entre volonté de créer un ordre int conforme aux intérêts nat et le résultat obtenu
// pol russe de la Fr : envoi expédition à Odessa impopulaire soit que l’antibolchevisme soit considéré comme illégitime soit que la poursuite de combats la guerre finie reçoive peu de soutien → mars 1919 mutineries ds les navires fr en Med → fin de l’expédition.

2) Agitation nationale et recomposition pol (1919-1920)

← exigences contenues + vie chère+ reconversion de l’éco+démobilisation et réinsertion
Mais aussi dimension révo, modèle Lénine, // vague révo en Eur : depuis Russie oct 1917 ; All fin 1918 ; Italie. ∆ espoir d’une révo mondiale (1er mai) minoritaire dans le mvt ouvrier : maj CGT et SFIO hostiles à ces projets révo.
↗ adhérents CGT ; Clem lâche du lest : journée de 8 heures avril 1919 ; mais manif 1er mai violentes
Ambiguïtés de la perspective révo :
Ex mvt grève métallos régions parisienne en juin 1919 : velléités soviétiques vite abandonnées
Manque d’information : personne ne sait au juste ce que sont le bolchevisme ou le spartakisme + l’héritage du mvt ouvrier fr en est très éloigné.

1919 année électorale→ participation de l’agitation soc à la recomposition pol en gestation
Pas de discipline de partis, sauf SFIO, tractations personnelles
Division socS au congrès du parti : pas de décision sur l’exemplarité de la révo russe ou l’alliance électorale avec rad-socS → pas de nouveau Bloc des gauches possible
Poids du souvenir de la guerre : question de l’Union sacrée (sans les socS depuis Clem* fin 1917) Briand, centre gauche, contre sa reconduction car entrave à la vie pol → minoritaire. On se réclame plutôt de l’Union= victoire mil et rep
Nouvelle loi électorale : scrutin de liste RP + clause majoritaire → pour favoriser les listes d’union
Tractations autour de l’Alliance démocratique qui oscille entre Union nat d’action rep et le futur Bloc nat e lutte contre le socS qui se réclame de l’Union sacrée sans vt d’autre programme qu’anti-germanisme et antibolchevisme
Manque de lisibilité du scrutin à cause de toutes ces tractations, sauf SFIO : + de voix (1M7) qu’en 14 (1M3) mais - d’élus (68 vs 104). Poussée à droite + volonté de renouveler les pers pol (59%) + maj d’anciens combattants (Chambre bleu horizon) → pas de centre de gravité maj donné d’avance

Echec Clem pdce Rep ← rancunes ; les rep préfèrent Deschanel, plus neutre. Ses méthodes autoritaires ne sont plus souhaitées en temps de paix où le parlS rep doit reprendre ses droits.
Millerand*. Justification pas l’U sacrée version clemS de : début 1920 condamnation Caillaux ; lutte contre le mvt ouvrier qui reprend surtout chez les cheminots
↗ minorités révo pour IIIe Int ; l’échec de la SFIO aux élections condamne les voies modérées (Blum, Sembat, Jouhaux à la CGT) → mvt de grèves 1er mai 1920 se heurte à la répression = arrestations, menace de dissolution de la CGT + réaction patronale : révocation de 15 000 cheminots, avec l’aide de l’UNC Union civique pour trouver briseurs de grève → anciens combattants contre grévistes justifié par souvenir U sacrée : lutte ouvrière = « contre le relèvement éco de la nation » Taittinger cad lutte antinationale d’inspiration étrangère.
 Division mvt ouvrier : ↘ adhérents CGT (CFTC crée en mars 1919) + division SFIO
fev 1920 congrès de Strasbourg 3 tendances :
-révo (Loriot, Souvarine, Monatti) pour rupture avec IIe Int et adhésion IIIe ; nombreux adhérents jeunes et novices, marqués par la guerre.
-hostiles aux communistes (Blum, Renaudel, Sembat) patriotisme et réformisme ; dirigeants expérimentés mais moins de sympathie chez les militants
-reconstructeurs (Faure, Longuet, Cachin) ni maintien IIe ni adhésion simple IIIe ; direction du parti
Juillet 1920 voyage Cachin et Frossard à Moscou 2ème congrès Int comS → conquis
21 conditions d’adhésion à la IIIe Int
dec 1920 : congrès de Tours ¾ militants favorables vs bcp de dirigeants (Faure) contre → maintien de la SFIO+ naissance d’une Section Fr de l’Int Com
D’où division aussi syndicale :
1921 Jouhaux CGT exclut comités syndS révo qui prenaient de + en + de poids en son sien → créent CGT Unitaire qui va se rapprocher de la SFIC pdt toutes les années 20

 1919-1920 = transition de l’avant à l’après guerre cad de forte mobilisation ouvrière et orientation pol à gauche à mvt ouvrier atone et importance pol des droites.

3) Les déconvenues du Bloc nat (1921-1923)

Fluctuations pol de l’Assemblée = décalage groupes parl/partis+ éparpillement des députés de l’Alliance dem+ le Parti rep dem et soc (1920) ne peut rassembler tous les centristes + échec de reconstitution du parti rep-socS alors que le groupe de reconstitue avec 26 députés pro ou anti-Bloc
→ la maj gvtale ne peut être constituée par des partis pol ni par ensemble fixe de groupes parl, d’où dès 1920 place importante des rad ou presque dans le gvt vs Entente qui rassemble les vainqueurs de l’élection = « transformisme parl », « gvt de l’éloquence » pour Rousselier. Recours à la thématique fédératrice de l’U sacrée prolongée : votes larges à certains moments forts, très divisés sinon
→ ne permet pas de faire des choix pol nécessaires face aux difficultés
-Pol étrangère :
Refus du Sénat am de ratifier le traité de Versailles, absence US à la SDN → plus de garantie mil anglo-saxonne qui était le compromis de Clem en matière de sécurité
Question du montant des réparations : crise éco all→ pression brit → ↘ de 250 à 132 Md mark-or
Bloc abandonne un pt de son programme =remboursement intégral des pertes réelles
All paye mal. Fr essaye de négocier puis utilise la force 1920 Millerand ; 1921 Briand : renégociation garantie mil brit cintre ↘ réparations ; 1922 à Cannes négo plan de stabilisation eur (Lloyd George) → démission Briand par la droite et Pdt Millerand →Poincaré*
Rel franco/brit se détériorent (échec de trois autres conf) → 11 janvier 1923 : occupation unilatérale de la Ruhr. Objectifs peu conciliables : diplo = obliger les Brit à composer ; éco = approvisionnement en coke ; pol= Etats rhénans autonomes, ≈protectorats fr, pour désorganiser l’All. Résistance passive des All conduits au bord du gouffre éco, financier et pol
= liquidation de l’ordre eur instauré par Versailles
Oct 1923 P accepte renégo des réparations ← forte position fr au plan diplo + fait encore une fois figure de vainqueur face à l’All. Mais abandon des principes du Bloc en 1919

-Eco et finances :
Crise 1920-1921 mais embellie gé : 1924 agr et ind ≥ avant guerre ; commerce excédentaire (105%) grâce à ↘ franc +modernisation, secteurs neufs comme aluminium ; ↗ nb de fusions ; ↗ productivité
Mais endettement chronique de l’Etat : dette publique x2 ; service de la dette = 1920 : 23% dépenses publiques, 1924 : 44%. Recours à la « planche à billets » et à l’emprunt pour combler le déficit budgétaire, pol inflationniste → spéculation int sur le F ; £ et $ servent de valeurs refuge
1$ = 1918: 5,18F ; 1924: 19,32F
Responsabilité imputée à l’All : Lucien Klotz (1919) « l’All paiera ». En attendant la Fr doit lui servir de banque → tollé. Artifice : division du budget = dépenses ordinaires et extraordinaires ou recouvrables par les réparations.
Printemps 1920 ↗ impôt et rigueur mais c’est du long terme
Fev 1923 double décime (+ 20% impôts) rejeté par l’Entente : droite persiste à cautionner le déficit par réparations → émissions de Bon du Trésor
2ème crise des changes fin 1923 début 1924, culmine le 8 mars 1924. P* obligé de présenter un effort d’économies et d’↗ fiscalité pr obtenir prêts de banques anglo-sax.
15-22 janvier : suppression du poste dépenses recouvrables+ double décime+ économies administratives+révisions de certains indemnisations
→ court terme : panique financière ; moyen terme : prêts B d’Angleterre et Morgan en échange de l’acceptation par avance du nouveau plan de la commission nt des réparations
Pr l’opinion = victoire, mais aussi suicide pol de P

4) Retour à l’ordre ?

+ velléitaire que résolu malgré répression révo (1919-1920) des comS (1923) et occupation Ruhr.
-pol religieuse →2nd ralliement
1920 canonisation Jeanne d’Arc ; fête nat proposée par Barrès votée unanimement ; 1921 ambassadeur auprès du Saint-Siège ; pol de Briand =négociateur de 1905 ; tolérance congrégations ; compromis sur les biens d’Eglise. 1924 Maximam gravissimamque
→attise l’anticléricalisme de gauche
-querelle intellectuelle sur « renaissance » et reconstruction morale de l’Eur :
Mvt Clarté (Rolland,Barbusse)pour le Peuple universel qui travailles au progrès soc mor et pol
Vs Massis, Maurras pr réfection intellectuelle sous l’égide de l’idéal humaniste et classique, critique de l’idée dem → apparition d’un discours moralisateur et normatif dans une scté tournée vers la reconstruction d’un classicisme moderne
-peinture : bouleversement du corps social // mutilation des corps pdt le conflit
Limites esthétiques à la description des combats : Le Feu est jugé bestial. L’art s’efforce de restituer la figure h ex André Derain
 notion de retour à l’ordre ds discours mor, pol et esth + aspiration à une conciliation moule classique et modernité. Mais aucun aboutissement ni pol ni artistique (→surréalisme)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solange



Messages : 86
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Sam 29 Mar - 18:35

III) Le Cartel ou l’échec des gauches (1924-1926)

Lassitude et rejet du Bloc nat. Mais Cartel = alternative pol réelle ? « faillite du Cartel » Jeanneney ←victoire limitée par dissensions à gauche + résistance aux pol mises en œuvre

1) Les Gauches, ou l’alternance équivoque

1921-1922 tentative Ligue de la Rep ; avril 1923 » renaissance du parti rep-socS par Herriot
Surtout opposition à Poincaré → radicalisation des militants rad : congrès de Marseille nov 1922, vs Parlement où députés rad є maj gvtale. Herriot parvient à discipliner les parl rad
Mais nouvelle loi électorale 1919 → nécessité alliance à gauche.
Pb : SFIO en butte à la SFIC + division interne + crise identitaire. Pr Blum Cartel= pilule amère contre Bloc nat. Terrains d’entente tt de même :
-laïcité : fermeture ambassade au Vatican, fin Concordat AlsLor, dissolutions congrégations tolérées → filiation Bloc des gauches
-amnistie délits syndS ou pol
-opposition décrets-lois de Poincaré
-opposition occupation unilatérale Ruhr : pour négo, SDN et bonne entente avec RU et dem all
Envisage rel diplo URSS si q emprunts résolue
-pol soc réformiste : droits synd fctnaires, respect 8h, libre accès aux lycées
Pas de quotidien important, la presse officieuse donne le ton : Le Quotidien (350 000)→ décalage avec les professions de foi prudentes des candidats.

En nb de voix Cartel minoritaire. Mais le mode de scrutin inverse la tendance : maj relative de sièges → doit compter sur 40 députés de « gauche rad »
Droite éparpillée en 4 groupes
 Vulnérabilité du Cartel à l’opinion car pas assurance du soutien suffisant pour exercer le pouvoir
SFIO refuse de participer au gvt → soutien pas inconditionnel
Pb volonté d’exercer un rôle pol de Millerand : 1923 discours d’Evreux= engagement dans la campagne pour renforcement de l’exécutif et Bloc nat → désavoué. Herriot refuse de former un gvt → démission Millerand ; élection Doumergue, peu favorable au Cartel



2) Les résistances au Cartel

4 séries de pb : Résistance parl à la loi d’amnistie = usure
Opposition comS → peur et discrédit
Opposition catho à la pol laïque
Pression milieux d’affaires et difficultés financières
→ chute Herriot avril 1925 → instabilité ministérielle car recomposition progressive d’une maj autour du centre droit → Poincaré* juillet 1926

Nov 1924 : panthéonisation Jaurès sensée rassembler la gauche. Mais violence manif comS → peur à droite, accusations contre H* de faiblesse vis-à-vis des révo ← reconnaissance URSS en oct
Réorganisation droite nationale :
-ligue des patriotes (Castelnau)
-ligue rep nat (Millerand)
-Jeunesses patriotes (Taittinger)
Tentation paramilitaire à droite et à gauche ex: avril 1925 affrontement rue Damrémont entre comS et Jeunesses patriotes (4† Jp) ; tendance aux manifs de masse et cortèges → moyens de pression

Volonté de dissoudre les congrégations→ DRAC (Def des Religieux Anciens Combattants), père Doncoeur , août 1924.
Vote pr cesse les crédits à l’ambassade du Vatican fev 1925 → Fédé nat catho (Castelnau) 2M5 d’adhérents. Herriot recule

Crise de confiance exacerbée par les difficultés financières graves de l’Etat ← passif du Bloc nat malgré rigueur Poincaré. Clementel aux Finances = pol libérale : pas de pol inflationniste pr garder la confiance des Fr (question de la dette flottante + emprunts à long terme qui arrivent à échéance)
Nov 1924 emprunt 1OOM $ banque Morgan ; emprunts intérieurs = pol de fuite en avant
Pb manque de soutien des banques et milieux d’affaires à cause de la panique comS → échec
Situation critique dec 1924-janv 1925 : -planche à billets ; falsifications de la BdF pr dissimuler le crevage du plafond des avances au Trésor → fin 1924 révélation aux régents, Herriot à leur merci, Rothschild et Wendel ≠ gauche ; évasion des capitaux car crise de confiance
Soit s’incliner devant les régents = droite libérale ; soit accepter les propositions socS (impôt sur le capital) : Herriot choisit d’être renversé sur un projet de gauche
10 avril 1925 publication bilan BdF → le Sénat refuse sa confiance à H*

Echec ← pression milieux d’affaire + incompatibilité des points de vue rad et socS sur les matières fiscales et budgétaires + manque de culture éco des dirigeants + force d’inertie de l’opinion.

3) La mesure d’un échec

Painlevé* = infléchissement → centre droit ; fin du Cartel, cartellistes sont rejetés dans l’opposition.
Formule de concentration rep : Caillaux projet financier très libéral → ligne de clivage = à l’intérieur du parti rad. Rivalité Herriot (pdt Assemblée) vs Caillaux (Finances)
Audience du parti comS dans l’opinion sur thèmes anticolS : 1925 guerre du Rif au Maroc contre Abd el Krim + Syrie et Liban. La SFIO demande arbitrage SDN → crise pol
Nov 1925 Briand* : nombreux remaniements sur questions financières
La crise de confiance continue : nouvelle crise des changes
£ = 100F juin 1925 ; 144F avril 1926
Briand veut pol de rigueur et nouvel emprunt am ; US exigent la garantie des dettes de guerre
→ 27 avril 1926 accord Mellon-Bérenger → accélération fuite capitaux et ↘ F
16 juillet 1926 Caillaux demande les pleins pouvoirs financiers ; renversé par Herriot → fin Briand*
Apogée crise financière : £ = 202F 6 juillet ; 235F 21 juillet
Opinion publique en ébullition, manifestations contre Herriot* qui doit se présenter à la Chambre
→ retour Poincaré*. Mais éléments de continuité avec Cartel not pol scolaire et Affaires étrangères

Pol Herriot
-conf Londres (juin-juillet 1924) H = lié par acceptation plan Dawes par Poincaré+forte opposition à la France not pb Ruhr + faiblesse financière → doit consentir des « abandons lyriques » (Jeanneney) : évacuation de la Ruhr, absence de pacte de sécurité fr-brit. Contreparties en coke et en charbon.
-5 sept 1924 H et Mac Donald → SDN. Base de travail = arbitrage, sécurité, désarmement
→ protocole de Genève = demi échec car élection conservateurs au RU : Chamberlain refuse tout accord de ce type. Mais détente des rel int car brise isolement diplo de la Fr

4) Les années folles ?

Contexte d’une croissance forte après 1921 ← reconstruction + immigration
Revenu national : 1913 = 100 ; 1926 = 120 (poussée inflationniste)
1919-1924 PIB + 7% → récupération niveau 1913
1924-1929 + 3%
Croissance d’abord industrielle cf. indice de prod : 1921 = 57 ; 1924 = 116
Gonflement des bénéfices, ↗ capitalisation boursière et du boursicotage (ex : Gazette du franc)
↗ salaire ouvrier (+ 12/20%) moins rapide que ↗ prix.

Avènement d’une culture de masse mod : américanisation + ouverture aux autres cultures ; mode.
Mais = une aspiration au changement et à la modernité qu’une véritable volonté → la maj de l’opinion veut surtout un retour à la stabilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solange



Messages : 86
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Sam 29 Mar - 18:36

IV) Union nat (1926-1929)

Poincaré = impression d’apogée : prospérité et stabilité. Liquidation des séquelles financières et monétaires de la guerre ; dvt pol Briand → détente diplo ; longueur des gvts vs instabilité ministérielle 1925-1926 ; pas de protestations de rue.

1) Les ressorts de l’union (1926-1927)

« parer au danger qui menace, tout à la fois, la valeur de notre monnaie, la liberté de notre trésorerie et l’équilibre de nos finances » (P) + ref à l’Union sacrée
P* aux Finances + rad (ex Herriot Instruction) + un droite (Louis Marin) + bcp de centre (Painlevé Guerre, Briand Affaires étrangères) 6 anciens * sur 13 ministres → vielle génération (sauf Tardieu)
 Retour à la concentration rep qui exclut natS intransigeants et socS

Echec Cartel = échec rad cad gauches modérées face aux droites → retour alliance avec centres
Jeu de bascule typique : 1926 ; 1934 ; 1938. Incapacité à s’appuyer sur la gauche socS et comS
dec 1927 Congrès de Paris : scission du parti rep-socS ← militants opposés à P* vs élus = Briand, Painlevé.  L’effet Poincaré révèle les tensions internes aux gauches modérées
Nov 1924 Parti dem pop = opposition catho au Cartel inspiration catho soc + dem Xne (Sangnier)
dynamisation droites parl : 1926 centre de propagande des rep nat (de Kerillis)
déclin droites extra parl : disparition Faisceau (G. Valois), déclin Jeunesses pat (Taittinger rallié à P)
 Convergence droites parl/gauches modérées autour de P →pol consensuelle et ambivalente

-Pol financière et budgétaire (Poincaré) = libérale
Retour confiance : ↘ £ grâce à ↗ impôts et austérité → budget excédentaire fin 1926
Création d’une caisse autonome d’amortissement de la dette publique (inscrite aux lois 1875)
Dec 1926 BdF s’engage à acheter £ au taux du marché et pas à la valeur légale du F (bloquée depuis août 1914) = reconnaissance de l’écart
-Pol étrangère (Briand) = proche gauche
Rapprochement All : oct 1925 accords Locarno : Stresemann reconnaît la frontière occidentale All ; sept 1926 entrée All à la SDN sous le patronage de la France. Briand « Arrière les fusils, les mitrailleuses, les canons ! Place à la conciliation, à l’arbitrage, à la paix ! »
Prospérité et stabilisation Rep de Weimar → accords éco eur : sept 1926 Entente int de l’acier
-combat contre tous les extrémismes ← volonté de maintenir un ordre pol et soc = nat et rep
«lutte contre les ennemis de la nation» = «tentative de stabilisation intérieure» (Becker et Berstein)
Avril 1927 Albert Sarraut (Intérieur) « Le comS, voilà l’ennemi ! »
← soutien de Jacques Doriot à Ho Chi Minh + affaire d’espionnage pour l’URSS
Discours Poincaré à Bar-le-Duc = mise en cause du comS
Poursuites pour antimilS et anarchisme, levées d’immunité parl. Mais datent surtout fin Cartel (←Rif) et pas de poursuites contre la SFIC comme en 1920;1921;1923

2) La fin de l’après-guerre

1928 victoire union nat et Poincaré = vieille génération ; période faste ou accalmie
Faible abstention (16,7%) ← retour scrutin ardt
Multiplication des candidatures, nombreux ballotages → dispersion des formations pol

SFIC : 1927 stratégie de rupture « classe contre classe » → pas de retrait en faveur d’un rad ou socS
↗ vote comS 1M de voix (9,3%) = vote protestataire de gauche.
Mais 2ème tour reports de voix = réflexe de discipline rep
SFIO : clivages internes ← échec Cartel, ralliement des rad à union nat, scission + intransigeance com
1927 Congrès de Lyon: Blum clarifie : pas de participation au gvt. Pourtant désistements en faveur rad aux élections. Les dépasse quand même au premier tour = 15%
opposition de gauche = 24%
Extrême droite = 200 000 voix hostiles à Poincaré
Droites : 2 formations trad = Fédé rep + parti rep dem et soc ; groupes nouveaux = dem pop+centre des rep nat (de Kerillis). Façade unanime pour P et union nat. Mais Louis Marin se méfie de Briand.
↘ droites parl = 19% mais ↗ sièges
Centristes, rep de gauche = 18,82%
↗ centre droit Poincaré, mais faible gain de sièges
 Caractère de plébiscite de P (Becker et Berstein) mais tentation de retour droites vs gauches

Derniers feux de l’union nat :
-stabilisation Poincaré 25 juin 1928 loi monétaire : dévaluation de 80% → franc P = franc à 4 sous
Achève de payer le prix de la victoire. La droite se déchire sur cette question not au sein du groupe Union rep dem : Wendel (régent) vote le projet mais maj s’abstiennent
-diplo Briand (↗ réticences à droite) : pacte avec Kellog → guerre = hors la loi ; août 1928 ratification par 15 Etats. ComS y voient menace contre URSS ; négo plan Young (adopté 1929) → P doit demander à la Chambre de ratifier les accords Mellon-Bérenger (1926) sur les dettes am
1926 Clem : « La Fr n’est pas à vendre, même à ses amis » → question délicate, d’autant plus qu’en 1929 elle passe pour une approbation de la diplo de Briand cad plan Young = évacuer Rhénanie
Maj de 8 voix  règlement de ce qui empoisonne la vie pol fr d’après-guerre
-janvier 1928 réforme mil 1 an = sortie consensuelle de la guerre. Mais pas unanimité not sur projet d’organisation de pouvoirs publics en temps de guerre (adopté 10 ans plus tard)
-loi sur le logement social (éviter d’abandonner les mal-lotis au comS) : gd programme HBM
 pas ère nouvelle + consensus à nuancer
Nov-janv 19129 rad → opposition = réduction à maj de droite
Démission P 27 juillet 1929 ; renversement Briand * 22 oct → fin d’une génération pol.
3) Expansion éco et organisation

Dynamisme inégal = moment d’accalmie entre crise 1920-1921 et récession 1931

-Forte ↗ industrielle
répartition pop active 1911-1931 : érosion secteur primaire (39 → 32%) ; ↗ secondaire (33 → 34%)
1920-1929 secondaire = 45,5% PIB vs primaire = 20/21%
Renouvellement tissu ind mais maintien structure dualiste de l’éco fr avec PME (quand même ↘ entreprises ≤ 10 salariés au profit ≥500 ; ex : Renault secteur auto ↗prod et concentration)
Croissance ←contexte favorable + effort d’investissement
Taux d’autofinancement = 1910-1913 80% ; 1928-1929 70%. Emancipation de la tutelle du banquier.
Balance commerciale excédentaire ← exports avantagé par taux de change vs marché nat peu unifié
Initiatives pour le dvper : 1923 salon des arts ménagers ; sociétés de crédit des entreprises auto
Mais pas de pol de hauts salaires : salaires + 2,2%/an vs gain de productivité par tête +5,8%/an
Mais ↘ certains prix (el -40%)

Effort de modernisation : rationalisation. Modèle am : taylorisme surtout (scepticisme envers fordisme). Guerre = rôle de catalyseur : prod à la chaîne (obus) + manque de main d’œuvre, accentué par 8h  gains de productivité mais dévalorisation du travail ouvrier : plus d’autonomie et d’entraide, salaire en fonction du rendement.
1916 Fayol Administration ind et gé : prévoyance, organisation, contrôle, commandement, coordination → renforcer hiérarchie. Convergence entre adeptes modèle am et fayolistes
Mais résistances au modèle am dans le patronat ex : René Duchemin dir CGPF (prod fr) dénonce « imitation servile » et « mystique de la prod »
Modernisation surtout entreprises les + imp et secteurs les + neufs, et souvent partiellement

-Agriculture saignée par guerre et exode rural : ↘ niveau de prod =
1908-1912 : 100 → 1925-1929 : 98 ; couvre 85% besoins en 1910-1913, 78% en 1925-1929
Bas rendements, faible modernisation (sauf 1921 INRA), esprit malthusien qui correspond au projet rep d’une paysannerie indé assise soc du régime : transfert de terres + ↗ moyennes exploitations+ triomphe du faire-valoir direct (= 1929 75%). Avoirs paysans →achat de terres et épargne.

 Sentiment général d’enrichissement. Symptômes avant-coureurs (dans textile, dans légère ↘ rentabilité ou dans déficit commercial à cause de la stabilisation P) ≤ prospérité et plein emploi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solange



Messages : 86
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Sam 29 Mar - 18:36

V) Désunions et réformes (1929-1931)

Nouvelle génération pol = « réalistes », « rep constructeurs ». Tardieu * « au pied du mur des grandes initiatives » : après les acquis du poincarisme volonté réformatrice (ex : « programmes de rénovation ») focalisée sur « l’Etat moderne ». Tardieu et Laval sont davantage liés aux milieux d’affaires (Tardieu et Redressement fr, fondé 1925 E. Mercier)
Echec de l’expérience T ← début crise éco mondiale : 24 oct 1929 jeudi noir de Wall Street ouvre période instabilité et récession vs volonté de prospérité affichée par T ; essoufflement de la formule d’union nat : opposition droites/gauches, émiettement représentation pol (15 groupes parl dont 5 représentent un parti) vs volonté de rénovation pol





1) Droites contre Gauches

Nov 1928 coup d’Angers : à la fin du congrès les délégués restants Daladier, Caillaux) votent dans le dos d’Herriot (critiqué pour mesures cléricales à l’Instruction) une motion « dénonçant l’union nat et préconisant une pol d’union des gauches » (Berstein) → démissions obligées des ministres rad
Systématisation de l’opposition des gauches face aux tentatives de Tardieu (Int puis*) pour se débarrasser de la SFIC : pol répressive (condamnations pour menées anar, interdiction de manif par Chiappe) → justification stratégie classe contre classe : consignes de lutte physique contre police et organisation clandestine grèves et manifs ; préparation d’une « journée rouge » le 1er août 1929 → poursuites judiciaires pour complot = 4ème après 1920;1921;1923 mais d’envergure → ↘ SFIC mais ressoude gauche rad et socS dans opposition. Irritation des magistrats → capotage des poursuites.
Echec renforcé par premiers scandales politico-financiers
Nov 1930 affaire Oustric : compromission et démission du ministre de la Justice puis chute T* en dec

Modération pol apparente = bon pour Laval (ex socS et roublard) pas pour Tardieu : projet d’éclatement du parti rad ← offre 8 ministères à des dirigeants rad en nov 1929, reprend points du programme rad, tactique réitérée en 1930. Mais débauche qu’une minorité de rad, et même effet inverse de ressouder les rad.
Blum voit en T l’intention de « préparer dans le Parl et dans le pays une coupure pol nouvelle » conservation soc/transformation révo
Juin 1930 discours de Dijon où T reconnaît son échec et attaque les rad
Herriot « Nous n’accepterons pas d’être contre le socS, même en échange d’une copieuse pitance, les chiens de garde de la réaction »
Tardieu exacerbe les oppositions gauches/droites + ne fédère pas les droites malgré la reconnaissance de son rôle de chef de la maj.
Echec de Kerillis, à travers le centre de propagande des rep ant, pour créer un parti fort et homogène : 1930 part rep nat et soc ; pas de candidatures uniques pour les législatives de 1932
meilleur score rad depuis 1919

Torysme de Tardieu = volonté de rénovation pol d’inspiration brit et am. Mais sous estime la force des clivages pol trad et la capacité de résistance du système parl.
→ exposé à l’accusation d’anti républicanisme.
Double ambiguïté de ce torysme : refus de l’alternance dem avec les socS + opposition de plusieurs hommes de droite à cette « stupide pol de concentration radicalisante » (Wendel) et aux projets de réforme éco : « ce qui est essentiel avant toute chose, c’est la stabilité » (Schneider)

Echec ← crise éco 1931 + déroute électorale 1932, dommageable tous courants réformateurs

2) Les réformateurs

-Réalisations = héritages que T et L ont laissés aboutir
Assurances soc : 1921 projet Daniel Vincent (Briand*) = mutuelles privées, cotisations employeurs et salariés. ; voté avril 1928 dans fièvre avant législatives. Opposition exploitants agricoles, patrons, CGTU et SFIC, hostilité corps médical. Mais 1930 Laval fait entrer la loi en vigueur.
Allocations familiales adoptées 1932 (T*) ; retraite combattants 1930
Démocratisation de l’enseignement secondaire : 1923 décret Bérard =grec et latin en 6ème
→ accès plus difficile aux moins favorisés. Réaction gauche : projet gratuité lycées. Herriot fait adopter principe 6éme gratuite ; repris par Tardieu pour se stratégie d’enveloppement du parti rad. 1930 gratuité réelle, 1933 pour toutes les classes.
réformes de fond

-Les projets les plus novateurs n’aboutissent pas
« programme d’outillage et d’équipement nat » Tardieu nov 1929 : 5 volets : agriculture, hygiène, enseignement, voies de communication, empire colonial = 5Md F ← excédent budgétaire.
Daudet appelle Tardieu « le mirobolant ». ∆ ≠ programme keynésien mais = très novateur : pol cohérente et globale d’intervention de l’Etat dans l’éco. 2 sources :
← pratique d’intervention étatique ex : 1920 sauvetage de la Cie des messageries maritimes ; 1921 ↗subventions chemins de fer ; 1924 aide à la création Cie fr des pétroles ; hydroélectricité 1919 appropriation de l’énergie des lacs et cours d’eau, 1922 réseaux el seulement à l’initiative de l’Etat.
← pr la dimension réfléchie, cohérente, volontaire : inspiration 1927 Redressement fr de Mercier (milieux néocapS, ref am) publie 35 tomes de réformes proposées par des centaines d’experts
Echec du plan ← crise éco mondiale +opposition pol à Tardieu + contradictions internes :
Surenchère socS et rad alors que T veut conserver une pol libérale en matière budgétaire et financière. 1930 ↘ fiscalité → le budget devient rapidement déficitaire.
Le plan n’est que maigrement appliqué dans l’agriculture. De toute façon limité par 2 bornes : le respect des règles libérales en matière budgétaire + équilibre entre interventionnisme e rejet de l’étatisme à droite.

 Besoin de réforme de l’Etat, à gauche comme à droite, mais ampleur des résistances.
A gauche nouvelle génération de rad (= Cot, Kayser, de Jouvenel, Mendès France) + groupe des étudiants socS de Normale sup : dec 1930 Marcel Déat Perspectives socS = rejet du marxS, pour un Etat fort → exclu en 1933 du parti socS
= « non-conformistes des années trente »


Conclusion

Tournant = fin après-guerre et reconstruction + nouvel ordre int. Fin illusion retour Belle Epoque.
Fragilité de l’apogée : janv 1930 loi sur organisation défensive des frontières montre Fr = puissante, prospère encore, mais anxieuse.
Conception strictement défensive de la puissance fr autour de Pétain : en contradiction avec 1925-1927 traités Pol, Rou, Tché. Ligne Maginot débattue pdt années 20, réalisée 1928, 1930 = symbole mil d’une prospérité fragile + conséquence traumatisme 14-18 : volonté fr de « maintenir intactes ses frontières » (Daladier 1927) // espoir en SDN
1922 critique Joffre → Pétain « Ce serait se vouer à la défaite que de vouloir établir une nouvelle muraille de Chine »
Repli du pays su lui-même = défaite morale de la Première Guerre mondiale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph



Messages : 116
Date d'inscription : 15/11/2007
Age : 27

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Dim 30 Mar - 12:23

Razz merci merci merciiiiiiiiiiiiiii
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas M
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 14/11/2007
Age : 28
Localisation : Saint-Maur

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Dim 30 Mar - 13:16

Et de même qu'un on éleva des monuments à la gloire Louisa Torrès pour son verbe salvateur et réparateur qui a uni nos âmes dans l'acceptation ontologique de l'art comme catharsis existentielle, de même on élèvera des monuments à Solange Arber, la passeuse des savoirs, qui par son courage, son abnégation a contribué à la grandeur de notre nation en sauvant la vie de beaucoup d'entre nous, qui, déjà, avait un pied sur le sommet lumineux de la Tour Clovis.


Dernière édition par Thomas M le Lun 31 Mar - 22:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tour-clovis.forumn.org
Sonia



Messages : 11
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Dim 30 Mar - 18:39

MMMMMMMMMMMEEEEEEEEEEEEEERRRRRRRRRRRRRRRRRRCCCCCCCCCCCCCCCCCCIIIIIIIIIIIIIIIIIII!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
je suis la proposition de thomas et lance une souscription à la gloire de Solange, qui, décidément, s'élève au rang de Messie pour la classe de LS2.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solange



Messages : 86
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Lun 31 Mar - 22:30

Thomas M a écrit:
on élèvera des monuments à Solange Arbert
Sache déjà écrire mon nom!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas M
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 14/11/2007
Age : 28
Localisation : Saint-Maur

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Lun 31 Mar - 22:32

Et hop ni vu ni connu Surprised
On va dire que c'était une vengeance par sublimation sur Amiesch qui m'appelle quasi constemment M. Morissot ou Morisot, ça dépend des jours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tour-clovis.forumn.org
Solange



Messages : 86
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Lun 31 Mar - 22:33

Alors il s'écrit comment?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas M
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 14/11/2007
Age : 28
Localisation : Saint-Maur

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Lun 31 Mar - 23:47

reregarde mon post ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tour-clovis.forumn.org
Sonia



Messages : 11
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Mar 1 Avr - 20:33

Thomas M a écrit:
Et hop ni vu ni connu Surprised
On va dire que c'était une vengeance par sublimation sur Amiesch qui m'appelle quasi constemment M. Morissot ou Morisot, ça dépend des jours
déjà c'est AmieCH, monsieur MorisOT.
en revanche, je m'étonne qu'Amiech ne se souvienne pas de ton nom . Il a quand même un super moyen mnémotechnique avec ton illustre prédécesseur, qui a pondu un beau et grand (pour ne pas dire lourd) manuel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~Claire~



Messages : 65
Date d'inscription : 16/11/2007
Age : 27

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Dim 13 Avr - 19:46

tain, plus efficace que les stilnox
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonia



Messages : 11
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Lun 14 Avr - 18:05

~Claire~ a écrit:
tain, plus efficace que les stilnox

C'est quoi les stilnox?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solange



Messages : 86
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Lun 14 Avr - 22:35

Echo ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES ANNEES 20   Aujourd'hui à 4:42

Revenir en haut Aller en bas
 
LES ANNEES 20
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» des annees à 13 lunes
» L'ELECTRO MENAGER DES ANNEES ..50/60
» l'ART nouveau!
» réglement intérieur de notre fac??
» Quelques nombres Astronomiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Tour Clovis :: Le Lycée :: Le Mur de Berlin-
Sauter vers: