La Tour Clovis

Le forum des LS2 2007-2008 d'Henri IV
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Cours : L'Economie sous le Second Empire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antoine Jayat



Messages : 45
Date d'inscription : 23/11/2007
Age : 27
Localisation : Paris V°

MessageSujet: Cours : L'Economie sous le Second Empire   Jeu 29 Nov - 19:30

Voici le cours sur l'Economie sous le Second Empire. Je ne suis pas sûr d'avoir tout bien pris mais bon si jamais ça peut aider, le voici :

L'ECONOMIE FRANCAISE
SOUS LE SECOND EMPIRE



Progrès économiques très marqués par le rôle de N3 qui voulait faire rentrer France dans la modernité économique qu'il avait connu en Angleterre.
PB : 1)Manière dont l'Empereur a pu mettre en oeuvres des politiques contradictoires ? Il voulait « satisfaire l'intérêt des classes les plus nombreuses et se rattacher celles les plus élevées.
2) Manière dont l'Etat a pu agir dans la vie économique.
Plan chronologique axé sur le tournant de 1860 avt de faire uyn bilan de l'Economie en 1870.


I- POLITIQUE D'INCITATION (1852-1860)

1) GENERALITES :

Pendant la période ou l'empire était autoritaire, Etat a mis en place une politique d'incitation pour mettre en place des inversisstement de base, voies ferrées, ou secture bancaire. Rouher « l'Etat devait être le moteur bienfaisant de l'économie. » Pour N3, cela devait préparer au libéralisme.
Moyens d'actions : contrôle sur la banque de France (organisme semi public ac monopole d'emission de la monnaie, garde réserve d'or de l'Etat ; semi privé car c'est une société par action : capital => Cela favorisme le grand capitalisme car 200 +gds actionnaires élisen en assemblée le conseil des régences qui désignent le gouverneur en accord avec l'Etat). Ce système a été établi par N3 pour facilitation.

2) LE DEVELOPPEMENT DU CREDIT :

a) Croissance de la masse monétaire :

Convertibilité du franc avec l'or. En 1803, N3 a créé le franc germinal, défini par une masse d'or qui est 325mg. 1Frc = 325mg d'or : c'est le titre d'une monnaie. C'est un système fondé sur la masse métallique. Le système français est bimétallique ; il d'appuie aussi sur l'argent.
Les billet de banques peuvent aussi être échangé contre des pièces. Pourquoi l'or a une telle valeur ? C'est psychologique : ça brille. Les billet apparaisse à partir du XVIII°, c'est une monnaie fiduciaire (qui repose sur la conscience), réglée par le dogme de la convertibilité. La Banque de France a le monopole de l'émission des billets de banque et des pièces de monnaie. La quantité de billet correspond rigoureusement à une quantité d'or : la monnaie fiduciaire est gagée sur l'or. Ce système est resté ainsi jusqu'en 1914.
Soif d'or et d'argent sous le 2nd Empire. On en a besoin car on est dans une période de croissance économique : un moment précis dans les signes kondratieff ; dans une phase A. Kondratieff : économiste russe, s'intéresse aux mouvements des prix et des salaires. Proche de Trotski, arrêté et mis au goulag par Staline. Phase A : Montée et hause des prix et des salaires. (1848 -1873 et de 1895 à 1914, 1919-1929, 1945-1973...) Phase B : Baisse des prix et des salaires. (Grande dépression : => 1895). A l'intérieur de ces cycles, on a des cycles Juglar de 6 à 8 ans.
La France importe de l'or qui vient de Californie ou d'Australie. Le Méxique avait des mines d'argent (N3 le voulait-il ?) On a besoin d'avoir d'or pour émettre des billets. => généralisation de la monnaie fiduciaire. Chèque bancaire : monnaie scripturaire. Gde demande d'or pour permettre une croissance économique.

b) Création d'un système bancaire moderne :

Système traditionnel : « la haute banque » : les banquiers investissaient leur propre capitaux. Ex Rotschild.
La Banque de France : monopole de monnaie métallique et fiduciaire. Pour y avoir droit, elle signe à intervalle régulier des conventions avec l'Etat : ex du 3 Mars 1852. La BF a pu prolonger son monopole mais accorde certaines dispositions : privilèges : détermine le loyer de l'argent : le taux de rééscompte. Escompter = espérer... Réescompte : quand banque prête argent au particuliers ou à une banque. En 1852 N3 a voulu encourager les investissements en bourse et les Cies de Chemins de fer. La BF a dont abaissé son taux de réescompte, qui passe de 4% à 3% => favoriser la vie économique et la consommation.
Dans cette même convention, BF a autorisé la conversion de la rente. Qd on a un emprunt d'état qui est émis, chaque personne peut acheter une part de l'emprunt. Ex : M. X emprunte 1000 frcs sur 15 ans. Etat est en principe bon payeur : il verse une rente annuelle 5% par an et remboursement du capital. N3 abaisse la rente à 4%. Sinon, remboursement anticipé. Cela diminue de 20% la dette de l'Etat.
N3 obtient aussi qu'elle aide les Cies de chemin de fer : elle doit leur accorder des prêts.
Ensuite, N3 a suscité la création de banques qui visaient à aider la vie économiques. Banques d'affaires qui investissent des fonds mais ces banques sont contrôlées par l'Etat. Ex : Crédit Foncier : prêt à long terme pour la construction d'immeubles. Joue un rôle énorme dans l'achèvement des projets d'Haussmann. Puis Crédit Mobiler : fait prêts à compagnies ferroviaires... Frères Perreire : anciens Saint Simoniens pour l'Empire. Crédit Agricole : pour la modernisation de l'agriculture.
En 1857 : Crise économique analysée par Juglar : Des crises commerciales et de leur retour périodique (1860). A partir de 57 BF a attitude plus prudente : hausse du taux de rééscompte. Freine l'accès aux moyen de paiment.
Il faut récupérer l'argent des français. Les Banques de Dépôts vont récupérer l'épargne et leur conseille des placements. Ex CIC (1859) et Crédit Lyonnais (1863) et Société générale (1864) => Vocation industrielle très forte. Drainage de l'épargne : récupérer les sommes des français. L'Etat lui même, en 1854, fait appel aux épargnants en émettant des bons du trésor ; c'est une dette flottante. Ce sont des titres remboursables éventuellement tous les 6 mois ; tous les mois il y a le choix entre continuer et rembourser.

3) DEVELOPPEMENT DES TRANSPORTS :

a) Création de réseau férrés :

Elle remonte à LP. Loi de 1842 établissait le rapport entre état et Cies ferroviaire. Etat : travaux d'infrastructure : Achats de terrains, ouvrages d'art (ponts)... Cies : superstructures : gares, pose des rail, le matériel roulant (locomotives et wagons...) Cies recevaient une concession d'exploitation de 99 ans. Révoltes du corps des Ponts des Chaussés : pense que faut pas développer un capitalisme débridé. Finalement pluis que 46 ans. Le réseau est concédé à 23 compagnies. Ex : sur la ligne la plus longue, Paris-Strasbourg, une dizaine de Cies.
=> Lenteur : 4000km de rail en 1842 à 1848. Les meilleurs rails sont fabriqués en Angleterre. Cies voulaient allongement de la durée des concessions. N3 trois décisions importantes :
1) Concessions portées à 99 ans.
2) Oblige la BF a accorder des prêts aux Cies ferroviaires.
3) Prince Président autorise fusions de certaines compagnies ferroviaires : Cie d'Orléans, de Bordeaux, du Centre, de Tour...

b) Second Empire et Réseau ferré :

6 zones : correspondant à 6 réseaux : Nord, Est, Ouest, Orléans, Paris-Lyon Méditerranée, Réseau du Midi. Chaque compagnie disposait d'un capital de fait mais devaient construire à sa charge de nouvelles lignes. Ces 6 réseaux : contrôle de 20 000 km de voies ferrés. 37 000 km grace aux réseaux secondaires dus au plan Freycinet.
Loi de 1863 : partage des bénéfices entre Etat et Cies car Etat soutien le crédit des Cies.

c) Les Grands Travaux :

Travaux urbains à Paris : Hausmann préfet de la Seine du 23 Juin 1853 au 8 avril 1870. Cette préfecture comprenait Paris et le petite couronne. A pu siéger au Conseil des ministre à partir de 1860.
N3 considérait Paris comme ville insalubre et incontrôlable. Assainir, Embellir, aérer. Cela répond à 3 exigences urbanistiques :
1) Réorganiser le système de circulation ac création de grandes avenues larges et droites avec larges trottoirs. Projet de création du métro.
2) Constructions neuves le longs des avenues ; immeubles de qualités construits avec l'aide du crédit foncier. Ce sont les immeubles « hausmanniens »
3) Exigences hygiénistes : réseau d'égout, de distribution d'eau et de gaz. Egouts : 155 km à l fin du second Empire. Pour l'eau, deux rivièrs : la Dhuis ou la vannée. Pas d'exploitation agricole dans un rayon de 10km
Urbanisme spéculatif : constructions d'immeubles bourg.
Urbanisme populaire : cités Napoléon, ancêtre des HLM dès 1851.
Urbanisme monumentale : Opéra Garnier (61-75), Bibliothèque richelieu.

Ce mouvement a lieu aussi en Province, Marseille, Bordeaux. Ferry a écrit un pamphlet : les comptes fantastiques d'Hausmann.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine Jayat



Messages : 45
Date d'inscription : 23/11/2007
Age : 27
Localisation : Paris V°

MessageSujet: Re: Cours : L'Economie sous le Second Empire   Jeu 29 Nov - 19:33

II- LA POLITIQUE LIBERALE :


1) LE TOUNANT DE 1860 ET SES CONSEQUENCES :

Le 5 janvier, écrit à Achille Fould lui disant qu'il a l'intention de favoriser les moyens d'echanges pour favoriser la vie économique. A la suite de cette lettre, l'Etat entreprend des travaux routiers et donne fonds aux communes pour les chemin vicinaux (relier fermes aux routes) A la fin du 2nd Empire, réseau très cohérent.
Celle lettre le mettait au courant des discussions pour le traité du libre échange ac Angleterre. Il voulait accompagner la la révolution ferroviaire. Il voulait une modernisation de l'industrie, à l'anglaise. Mais les industriels ne voulaient pas affronter la concurrence brittanique. 56 corps législatif avait rejeté un projet d'abaissement des droits de douanes.
Donc il voulait signer un traité qui n'avait pas besoin d'être analysé par le CL. Le signe donc avec Richard Cobden qui avait fait voter en 1846 les Cow Laws. On dit qu'Angl on sacrifié leur agriculture. Michel Chevalier veux abaisser aussi droits de douanes. Il est signé en 1860 pour 10 ans, dans un secret absolu. Droit de douane = ad valorem : si les produits baissent en prix, les droits de douanes baisse. Dès le traité, Royaume uni baisse les droits de douanes sur le vin, l'eau de vie et les produits de douanes. France baisse dts de douanes pour sucre, café, rails, machines.
A partir de France signe traités analogue avec d'autres pays européens. Il supprime en 1861 l'exclusif colonial (le fait que seul les navires français pouvaient commercer ac colonie) => Navires étrangers peuvent venir librement dans ports. Monopole du Pavillon maintenu pour l'Algérie. (Cabotage, pêche pas très loin...)
Ce traité fut mal accueilli.

2) DEVELOPPEMENT DE LA CONSOMMATION :

a) Les données démographiques :

1851 : 38,8M d'hab pour 37,8M d'hab. Concentration de Savoie + Nice ; immigration. Pas d'accroissment naturel. Baisse de natalité : 26p1000 et TM: 24p1000 ; mortalité infantile : 179p1000 => Prise de cs ds milieu médical : mvt hygiéniste : hôpitaux + accouchement. Dans La Joie de Vivre de Zola, scène d'accouchement.
Le dev de la conso n'est donc pas dû à l'accroissement naturel. Mode de vie urbain organise de nouveaux rapports.
1866 : 11% de citadins de gde ville => dev la consommation.

b) La croissance des revenus :

Revenu par hab a augmenté de 1,5% ; surtout monde rural, fermiers <= Chemin de fer désenclave les campagnes. Les ouvriers : augmentation des salaires réels : 6,7% par an entre 1850 et 1860 et de 9,5% par an entre 1860 et 1870 (à cause de tolérance du droit de grève, toujours efficace sur le long terme).
Mais la bourgeoisie surtout en profite : actif déclaré dans les successions françaises : en 1850 : 2,7 milliards de francs, 4 milliards en 1870 ; seule la bourgeoisie pouvait faire un acte notarié. Entrepreneurs s'enrichissent : loi sur les sociétés anonymes modifiée. Ex : lors de création d'une entreprise : capital divisé en actions. Dans sociétés familiales non cotés en bourse, responsabilité des actionnaires étaient totale. En cas de faillites, payent sur leurs biens ; on est pas tenu de tenir des compte. Actions nominatives. MAIS dans SA : actions cotées en bourses et SARL = à responsabilité limitée : les actionnaires sont responsables seulement sur la somme qu'ils ont dépensé. => Cela facilite l'introduction en bouse des sociétés.
Mouvement de prospérité qui touche bourgeoisie et classes moyennes. Ex : employés des gds magasins qui copient mode de vie bourgeois ; Bon Marché (1852), le Printemps (1865). Cette prospérité est manifeste lors des expo universelles, celle de 67 au ch de Mars par ex. Gds pavillons, contacts entre syndicalistes, les artistes ; rôle considérable dans la vie culturelle. Cela se traduit par un mouvement accru de consommation : viande, sucre... Le logement s'améliore, y compris à la campagne, progrès du mobilier (chez bourgeoisie et paysans) et de l'industrie textile (habillement s'améliore) y compris à la campagne et hausse des prix agricoles jusqu'en 1870.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine Jayat



Messages : 45
Date d'inscription : 23/11/2007
Age : 27
Localisation : Paris V°

MessageSujet: Re: Cours : L'Economie sous le Second Empire   Jeu 29 Nov - 19:33

III- L'ECONOMIE FRANCAISE A LA FIN DE SECOND EMPIRE :


1) L'AGRICULTURE :

a) Prospérité agricole :

Programme de gds travaux : assèchement dans les landes (pins), irrigation en Camargue.
Amélioration de l'outillage : faux se généralise dans Fce du Nord, machine à battre le blé...
Amélioration des condition de mise en valeur : engrais.
Travaux de Pasteur (chimiste et non médecin) pour lutter contre formation de parasite : recherche sur parasite des vignobles : le phylloxéra ou mildou qui détruit les plans de vignes. En 1875 et 77 : mildiou, touche surtout le Languedoc, très touché par cela. De plus concurrence de l'Algérie. Pasteur identifie aussi cause des maladies des vers à soie : la Pebrine.
D'une manière générale, la prod a augmenté : blé en 1850 : 87M de tonnes ; 1870 : 127M. Exportations en Angleterre : eau de vie (cognac)...

b) Un monde rural fidèle à l'Empire :
L'empire a apporté aux paysans la prospérité : sutout pour fermier dt le rêve est de devenir propriétaire. Apporte libération par rapport à l'Eglise et les notables par la politique du candidat officiel. Ex Vitré : le candidat a été élu contre un notable légitimiste soutenu par l'Eglise. Favorise une sorte de démocratie paysanne ; on relève en effet un paradoxe : monde rural = conservateur, mais en 1870 il se rallie à la république.
1871 : le 8 fév = éléctions législatives ; majorité monarchiste élue majoritairement par les paysans. Comme Paris est assiégée, le 13 fevrier 1871 : assemblée à Bordeaux. Monte à la tribune Garibaldi, l'homme de l'unité italienne (étrangers pouvaient être député), qui se fait huer par les monarchistes ; Gaston Crémieux, d'extrême gauche, dit « majorité rurale, honte de la France. » Ralliement des notables : à cause de la paix.

2) L'INDUSTRIE :

a) La phase de croissance (1850-1860) :

Sidérurgie (fabrication de l'acier) ac 2 gdes sociétés : De Wendel (Lorraine) et Scheinder au Creusot. Bénéficient de progrès techniques : en 58 convertisseur Bessemer, qui permet de faire de l'acier plus vite. J'assume totalement mon impopularité
Textile : industrie de qualité. Soie lyonnaise, dentelles....
Artisanat d'art : faillancerie, bronzerie d'art.

b) Phase de décélération (1860-1870) :

Ralentissment de la croissement mais elle reste positive. Cela commence avant. Cmt expliquer ? Conséquences de guerre de Sécession aux USA (63-65). Fce exportait bcp de produit aux USA : vêtements (la mode mondiale, c'est la Fce). Fce liée surtout aux états sudistes.
Maladie dans l'agriculture : phylloxéra, pébrine...
Facteurs strucurelles : conséquence du libre échange de 1860. Choc trop rude pour l'économie française. 2 symptomes : baisse du nombre de brevets d'invention. Et déficit de la balance commerciales (diff entre exp/imp) à cause d'importations de produits industriels. Seule métropole peut importer des colonies pour industrie. Colonies : matières premières.

3) L'EXPANSION COLONIALE :

a) Les conquêtes françaises :

En asie : Intervention en Chine en 1860. Guerre de l'opium => réduire l'élite chinois par le trafic d'opium. Petits établissement en Chine, mais surtout en Indochine (vassal de chine). En 1862 : colonie de Cochinchine (sud du Vien Nam). En 1863 : protectorat sur le Cambodge : la monarchie reste mais la France dirige tout.
En Afrique : Sénégal : Première Colonie : Saint Louis du Sénégal (remonte à LVIII). Faidherbe nommé gouverneur du Sénégal et le conquit car voulait un gd empire africain. N3 a voulu donner droit de vote aux 4 communes du Sénégal : Saint Louis, Dakar, Gorée et Rufisque. Sénégal : tradition d'implication du sénégal dans les affaires africaines.
Canal de Suez : Egypte est très proche, bcp de Saint-Simoniens en Egypte. Parmi eux, Ferdinand de Lesseps, ami au roi, et de 59 à 69 : creuse Canal de Suez ; Compagnie du Canal de Suez. Pour l'inauguration, impératrice Eugénie, + Opéra du Caire : Aïda de Verdi, en présence de Mariette, gd égyptologue.

b) L'Algérie :

Depuis 1830 = colonie française. Il y a des militaires qui administrent et des colons. Ce sont des français, européens et états du sud, portugal, espagne. On les appelle les pieds noirs. Ils se heurtent aux propriétaires arabes qui sont propriétaires collectifs des terres. Pas de titres écrits. Les colons demandent qu'en l'absence de titres, la terre restent Res Nullius.
Militaires sont plutôt favorables aux musulmans car redoutent des troubles en cas d'arrivée de colons à cause de res nullius. La colonisation est cependant favorisée au risque de voir apparaître des troubles aux arabes.
Deux traitements :
1) Régime militaire (1852-1858) :
2) Régime civile (1858-1860) : ministre de l'Algérie. Bcp de problèmes.
3) Régime militaire (1860) : Mac-Mahon. C'est un aristo catholique jacobite [ceux qui a suivi le roi Jacques II d'Angleterre en 1688 qui fut renversé par sa fille]. Veut choisir dans l'armée car indépendance du monde politique. Remporte Magenta et devient gouverneur d'Algérie. N3 lui dit de ne pas donner l'Algérie aux colons. En 1865, 2° visite : N3 a un guide, Ismaïl Urbin, martiniquais converti à l'Islam et ancien saint-simonien. Propose un idée de royaume arabe : qui pendrait trois formes :
a- Les tribus musulmanes deviennent propriétaires incommutables de leurs terres = coup d'arrêt à la colonisation débridée.
b- Les musulmans peuvent demander nationalité française et
c- Les musulmans sont représentés à Alger auprès du gouverneur.
Pas de succès : par fierté les algériens ne demandent pas la nationalité française. Le gouvernement Ollivier a pris mesures favorables aux colons : partage des terres en indivision. Si un des membres de la tribu veut vendre, il peut le faire au colons => politique de colonisations.


CONCLUSION :

Prospérité réelle sous le 2nd Empire même si les riches se sont surtout enrichis.
Echec du 2nd est politique surtout.
Modernité des intuitions de N3: libre échange, Algérie...


BIBLIOGRAPHIE :

Jean BOUVIER : Initiation au vocabulaire et au mécanismes économiques contemporains, XIX° XX° siècle, CDU, Sédès, 1977.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours : L'Economie sous le Second Empire   Aujourd'hui à 4:42

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours : L'Economie sous le Second Empire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petits crimes sous le Second Empire
» La vie à la caserne sous le 1er Empire
» La femme sous le Second Empire
» Ordres distribués sous le Premier Empire
» La Femme sous le Second Empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Tour Clovis :: Le Lycée :: Le Mur de Berlin-
Sauter vers: